Publié le

6 Conseils éthiques pour un été de rêve

Conseils pour un été éthique

C’est l’été ! Lorsque le thermomètre monte, on n’a qu’une envie c’est de partir se mettre les doigts de pied en éventail, le plus près possible d’un point d’eau si possible. Plage, bronzage et apéro deviennent les mots d’ordre, qui permettent de distinguer les jours les uns des autres, avant que les siestes ne les fassent complètement disparaitre. Envolées les bonnes habitudes éthiques acquises tout au long de l’année ! Pourtant, pas de vacances pour notre impact écologique! Heureusement, il y a des solutions pour limiter notre impact et augmenter notre plaisir.

1. Moins mais mieux

Les vacances c’est le moment de déconnecter, de prendre du temps pour soi et de savourer chaque instant ! Avec un programme chargé comme son agenda de travail, c’est tout de suite plus difficile. Alors on allège. On ne fait pas 15 villes en 15 jours, mais 4 ou 5. On prend le temps d’être sur place. De voir la vie qui s’écoule. On ralentit, tout simplement. Au final, on se rend compte qu’on est plus reposé, qu’on connait mieux les petites ruelles et qu’on a plus de photos de gens plutôt que celles de monuments. Au lieu d’enchainer les visites, on améliore ses expériences de partage et de convivialité. On fait donc moins, mais on le fait mieux, plus posément.

2. Voyager léger

En commençant par ses bagages : on prend moins d’affaires, et uniquement les essentielles, celles qu’on adore et qu’on va porter sans s’en lasser.
L’idée c’est que tous les objets qu’on emporte au cas où sont généralement inutiles et peuvent se retrouver une fois sur place. Finalement, on n’a besoin que de quelques affaires, même pour un voyage de plusieurs semaines.
Voyager léger permet ainsi de s’alléger l’esprit. On voyage plus tranquille si on sait qu’on n’a rien à perdre dans son sac, qu’on peut le porter pendant plusieurs heures si besoin, et que tout est à portée de main.
Les minimalistes du voyage peuvent faire baisser leur sac jusqu’à 5/6kg. Pour ma part je pense qu’autour de 8kg on a l’essentiel en se faisant plaisir. En n’oubliant pas son passeport, à jour, dans son protège-passeport WWoW bien sûr !

3. Manger local

En vacances, on a plus très envie de cuisiner. Plutôt que des plats tout fait qui remplacent cette corvée, mais déplacent le problème sur la planète et notre intestin, le mieux c’est de s’essayer à la cuisine locale. On fait confiance aux stands de marché qui font le plein, et on n’hésite pas là aussi à manger moins mais mieux en mangeant directement les fruits et légumes sur les marchés. Un bout de pain, quelques tomates fraiches, des tranches d’avocat. Que demander de plus ?
Bien sûr, on a emporté sa paille réutilisable, et ses couverts en bambou pour ne pas laisser de trace derrière soi.

4. Zéro déchet

Le plus gros dilemme c’est bien celui-là. Loin de ses habitudes et n’ayant emporté que l’essentiel (cf. point 2!), on n’a pas tout l’attirail pour éviter une surproduction de déchets. On a parlé de la vaisselle réutilisable, mais il y a aussi l’incontournable gourde sans BPA, et l’originale poubelle de poche en plastique recyclé.
Pour les produits cosmétiques, et dans l’optique d’alléger aussi son sac, on aura emporté un savon qui sent bon, un shampoing solide, et un déodorant solide.
Pour éviter les piqures de moustique, on aura choisi son huile essentielle préférée, et s’il y a eu des ratés, on reste sur des solutions naturelles.

5. Se protéger

On oublie pas de se protéger du soleil, et de protéger les océans en même temps !
D’abord en choisissant une crème solaire vegan éthique. Ma préférence va à celles des Laboratoires Biarritz, découvertes par hasard et dont j’adore l’odeur et la texture fluide. Certifiées Bio, il y a un grand choix d’indices solaires et de format. Dans l’idéal, on la met après la baignade pour éviter la surconsommation !
Pour les lunettes de soleil, on choisit une marque engagée ou éthique. Paris celles présentées par Happy New Green, notre préférence va à Jimmy Fairly qui offre une paire à une personne dans le besoin pour toute paire achetée.
Le soleil est nécessaire à notre fonctionnement, grâce à son apport en vitamine D. Mais une trop forte exposition est la source de problèmes, dont le vieillissement prématuré de la peau. Donc on évite les concours de bronzage et on reste à l’ombre entre 12h et 16h !

6. Souriez !

Maintenant que vous savez comment continuer à être éthique en vacances, vous pouvez relâcher la pression et sourire ! Un sourire ouvre souvent bien des portes et met à égalité. En souriant à un inconnu, il n’est plus un étranger, mais un ami. Le sourire est universel et va au-delà des langues. C’est un signe qui ne trompe pas. Alors, n’hésitez pas à le consommer – sans modération !

Bel été éthique !

6 Conseils éthiques pour un été de rêve

Publié le

Les soldes ?

femme-qui-fait-du-shopping-11067162kjywe

Tous les six mois c’est la même rengaine : impossible de faire plus de quelques pas dans la rue sans voir ces panneaux aux couleurs criardes avec leur chiffres qui font les yeux doux à nos portes-monnaies de braves gens.
« Tout à -50% »
« Jusqu’à -70% »

Comment résister à cet appel?

giphy.gif

Quelle affaire on ferait surtout ! Réussir à avoir ces merveilles vestimentaires qu’on regarde du coin de l’oeil depuis le début de la saison, enfin on pourrait réussir à l’avoir sans donner trop de sous aux marques! On sortirait donc gagnant de l’éternel duel consommateur vs. marques?


Continuer la lecture de Les soldes ?

Publié le

Et si on recyclait ?

Et si on recyclait?.jpg

Après tout c’est vrai, pourquoi recycler?

On pourrait très bien dire qu’on utilise des matières qui sont naturelles, produites dans le respect des hommes et de l’environnement, qui ne font de mal à personne et qui contribue à alimenter une industrie en difficulté.

Alors pourquoi diable recycler? Surtout du textile??

Pourquoi Recycler ?

Et si je vous disais que pour produire 1 kilo de coton, il fallait au moins 11.000 litres d’eau.
Qu’une fois qu’on a ce coton, on utilise généralement des solutions chimiques pour le teindre qui tuent les rivières.
Qu’il faut 11 kilos de cocons frais pour faire 1 kilo de soie filée, soit près de 14.000 chenilles.
Que la consommation d’1 kilo d’agneau est responsable du rejet de près de 40 kilos de CO2 dans l’atmosphère, qui proviennent majoritairement des élevages pour la laine.

Vous m’avez comprise. Si certaines matières semblent être bien produites, de fait elles ont des conséquences désastreuses sur l’environnement.

Et comme en moyenne 85% des vêtements finissent à la poubelle chaque année en France, on se dit qu’en fait on a déjà toutes les cartes en main et qu’il ne reste plus qu’à les jouer !

Afficher l'image d'origine

Comment on recycle ?

Je ne m’étendrai pas sur comment les matières sont recyclées, mais je vous invite à retrouver l’explication sur le site de la Gentle Factory où le processus est très bien expliqué. En images, ça donne ça :

Le recyclage du Coton
Le recyclage du polyester à partir des bouteilles en plastique.

Et vous, vous faites quoi chez WWoW ?

On parle on parle, mais concrètement, qu’est-ce qu’on fait ?

Ce qu’on fait déjà

Au lieu d’utiliser une doublure classique de sac en polyester issu du pétrole, on a choisi d’utiliser une matière faite à partir de matières recyclées et produite en France (cocorico!) par Verne& Clet.

L’entreprise qui s’engage à promouvoir le développement durable multiplie les certifications : norme ISO 9001, Alter-Tex, Oeko-Tex standard 100 pour toute la chaine de production, coton bio certifié GOTS.

On ne pouvait pas rêver mieux pour que les doublures vous satisfasse ! D’autant que l’entreprise produit tout en France, à Chessy (69).

Cassie_Inside_Gris Rizière.jpg

Ce qu’on teste encore

Aussi, on s’apprête à tester le Piñatex TM pour la matière extérieure de nos accessoires. Fabriqué à partir des fibres extraites des feuilles de l’ananas, le Piñatex est un dérivé de la récolte des ananas, donc il ne requiert aucune utilisation supplémentaire d’eau, de fertilisant ou de pesticide.

On a vraiment hâte de tester cette nouvelle matière innovante et durable !

Afficher l'image d'origine

En conclusion, la question du titre n’est pas juste une proposition, mais un véritable challenge à relever. À la clé? Des produits qui aient du design et un impact neutre sur l’environnement !

 
Publié le

Faire sa rentrée éthique !

IMG_0444+_Fotor.jpg

Au moment de faire les cartables (enfant et adulte!) pour la rentrée, on a pensé que c’était l’occasion idéale pour appliquer les principes éthiques qu’on suit le reste de l’année.

Ce n’est pas parce qu’il y a vingt mille choses à faire avant le jour fatidique qu’on va se laisser abattre!

Au contraire.

En plus, vu l’état des finances après les vacances, ces quelques idées vous permettront d’économiser pour votre prochaine escapade !

1. On fait l’état des stocks

La première étape, c’est de vérifier ce que l’on a chez soi. Comme pour trier ses affaires, on procède par étapes. D’abord on sort toutes les affaires, et ensuite on prend chaque article et on le teste. A vous les dessins multicolores avec tous les stylos !

L’objectif c’est de trier en 3 piles : ce qui est bon, ce qui peut être transformé, et ce qui est à jeter.

Ce qui est bon : on le garde et on le raye de la liste scolaire !

Ce qui peut être transformé : on fouine sur Pinterest et les blogs DIY pour trouver des idées. Tout ce qui est en textile peut se transformer. Pour le reste, à vous la créativité! Quid d’un porte-bague fait avec d’anciens crayons ? Selon vos idées et vos envies bien sûr. Si on sent qu’il y a quelque chose à faire mais qu’on préfère le laisser aux autres : on donne avec Freecycle! (cf. plus bas)

Ce qui est à jeter : selon l’étape précédente, cette pile peut être très réduite. Et on n’oublie pas de respecter le tri sélectif 😉

2. Pour les objets manquants : on privilégie le réemploi

Il vous manque un cartable? Un pot à crayons? Un chevalet?

Aujourd’hui il y a de nombreuses options pour ne plus avoir à acheter neuf! Avec la seconde main, vous limitez le budget et réduisez votre empreinte carbone.

Parmi mille options, voici celles qu’on a testé et validé :

  • Freecycle.org : ce groupe Yahoo est une mine d’or pour donner ce dont on n’a plus d’utilité, et récupérer ce dont les autres n’ont plus d’utilité! On y a vu : vélos, meubles, invendus boulangerie, décoration, vêtements – inscrivez-vous à leur newsletter pour ne rien rater !
  • Recyclerie : dans toutes les villes, ces espaces de recyclage fleurissent. On vient y déposer les objets dont on ne sait que faire, l’association remet en état et propose ensuite à bas prix ces petits et gros objets ! Le cycle de chaque produit est continué, et tous sont heureux 😃
  • Troc : plus direct que les systèmes précédents, ces événements arrivent progressivement tout près de chez vous. Le prochain, spécial rentrée scolaire, est le 2 Septembre à Paris à la REcyclerie!
    Plus d’infos ici.
  • Upcycling : on en parlait plus haut. Vous avez une blouse de chimie toute tachée? Elle ferait une excellente trousse! Des stylos qui ne marchent plus? Recouvrez-les de fils et collez-les sur un support, et vous aurez un porte-manteau ou un porte-bagues selon votre créativité !
    On a trouvé vingt mille idées ici et . Mention spéciale pour les carnets homemade et le recyclage des crayons de cire !

diy carnets textures heju

3. Quand ce n’est pas possible : on vérifie les étiquettes 

Il y a toujours des éléments qui manquent. Soit parce qu’on change d’établissement (primaire vers collège, collège vers lycée, lycée vers fac..), soit parce qu’on a de nouveaux besoins. Pour ces incontournables, 2 règles prévalent.

Les matières : penser durable

Entre une règle en plastique et une règle en bois, on privilégie la seconde qui sera plus solide et aura eu un impact moindre sur l’environnement. Quitte à acheter neuf, on essaie que l’objet nous dure le plus longtemps possible !

Les labels : garantie des conditions de fabrication

Pour s’assurer que nos achats n’exploitent personne, hommes ou planète, les labels sont un bon indicatif. Vous trouverez la sélection spéciale rentrée scolaire ici : http://www.ademe.fr/particuliers-eco-citoyens/achats/fournitures-scolaires

Afficher l'image d'origine

4. On pense durable

Dans la lignée du conseil précédent, on pense durable pour nos achats indispensables.

Réutilisable plutôt que jetable

On a déjà le mug eco-friendly pour prendre son café, alors on investit aussi dans une lunchbox en belles matières pour le déjeuner. Pour les consommables, on favorise le stylo plume au stylo bille, et on remplit ses cartouches d’imprimante plutôt que d’en acheter des neuves (par exemple ).

L’avenir c’est le vrac

Comme pour les légumes et les graines, on favorise les endroits où on peut acheter ses fournitures en vrac plutôt qu’emballées dans milles plastiques.

5. On s’offre 1 bel objet de rentrée

Parce qu’on a fait des efforts sur le reste, mais surtout parce que le meilleur l’achat éthique c’est celui dont on prend le plus grand soin, on se fait plaisir et on s’offre un bel objet pour marquer la rentrée 2016. Dont on aura encore l’utilité dans 5, 10 ou même 15 ans !

Une trousse WWoW par exemple 😉

IMG_5049.JPG

On vous laisse sur cette pensée réconfortante et on vous souhaite à tous et à toutes une belle rentrée !